Écologie et dentisterie

24 juillet 2019
green-plant-2352478_960_720.jpg

Nous sommes de plus en plus conscients de l’impact de nos choix et habitudes de vie sur l’environnement. À la clinique dentaire LB9 nous croyons qu’individuellement et collectivement nous pouvons changer les choses, un geste à la fois. En tant qu’entreprise, nous avons pris plusieurs initiatives afin de diminuer notre empreinte écologique et nous vous encourageons à faire de même. Nous mettons en œuvre des pratiques durables, une consommation de res­sources limitée et une réduction des déchets, tout en respectant les normes et mesures d’hygiène.

Nos choix        

À la clinique dentaire LB9, nous vous offrons des choix de traitements dentaires de manière transparente en fonction de vos besoins. Nous utilisons de moins en moins d’amalgame, matériel contenant du mercure et de plus en plus de céramique. Ce matériel est celui contenant le moins de produits chimiques sur le marché. À long terme il s’agit d’une solution beaucoup plus avantageuse, économique et écologique puisqu’il est durable. Nous avons également choisi d’investir afin de produire nous-même des gouttières, des plaques occlusales et des couronnes, limitant ainsi les transports et l’emballage. Les métaux extraits comme l’or et l’argent sont récupérés.

Nous portons une attention particulière au recyclage, au gaspillage d’eau et nous limitons les dépenses énergétiques. Aussi, tous les appareils électriques se ferment le soir. Nous encourageons le covoiturage et le transport en commun. Nous avons la chance d’avoir un emplacement de choix par rapport au système d’autobus.

L’immeuble dans lequel est la clinique a justement reçu la certification BOMA au printemps 2019. «La certification BOMA BEST pour immeubles écoresponsables reconnaît l’excellence en performance énergétique et en gestion environnementale dans l’immobilier commercial. BOMA BEST vise notamment l’économie d’énergie et d’eau, la réduction des déchets, la qualité de l’air intérieur, les produits écologiques de nettoyage … et plus encore

Les règlementations

Le domaine dentaire est régi par différentes normes gouvernementales en ce qui a trait aux déchets biomédicaux, à l’hygiène et à la salubrité. Voici la réglementation en ce qui concerne l’installation de séparateur d’amalgame par la ville de Québec;

«4. Le propriétaire ou l’exploitant d’un cabinet dentaire doit s’assurer que toutes les eaux susceptibles d’entrer en contact avec des résidus d’amalgame sont, avant d’être déversées dans un réseau d’égout, traitées par un séparateur d’amalgame d’une efficacité d’au moins 95 % en poids d’amalgame et certifié ISO 11143.

Il doit s’assurer que le séparateur d’amalgame est installé, utilisé et entretenu de manière à conserver le rendement exigé.

Les preuves d’entretien et d’élimination des résidus conformément à la réglementation en vigueur doivent pouvoir être fournies sur demande pendant une période de cinq ans. »

Malheureusement, la Régie de l’assurance maladie ne paie que les obturations en amalgame sur les molaires des enfants de moins de 10 ans et des prestataires de l’aide social, ce qui augmente le taux de ce type de traitement. À l’exception de cette clientèle, nous ne faisons que des obturations en composite ou en céramique.

En ce qui a trait aux déchets biomédicaux, l’Ordre des dentistes du Québec soumet tous ses membres à la «Réglementation sur les déchets biomédicaux». Il s’agit d’un  document officiel de 26 pages mis à jour annuellement. Cela consiste principalement à les accumuler dans des contenants hermétiques rigides et à s’en départir au travers de firmes spécialisées en élimination. Les cabinets dentaires doivent d’ailleurs fournir des rapports de leurs déchets.

«1°  tout déchet anatomique humain constitué par une partie du corps ou d’un de ses organes, à l’exception des phanères, du sang et des liquides biologiques;

[… ]

3°  tout déchet non anatomique constitué de l’un des éléments suivants:

  1. a) un objet piquant, tranchant ou cassable qui a été en contact avec du sang, un liquide ou un tissu biologique, provenant de soins médicaux, dentaires ou vétérinaires ou d’un laboratoire de biologie médicale ou vétérinaire ou un tel objet provenant de l’exercice de la thanatopraxie;
  2. b) un tissu biologique, une culture cellulaire, une culture de micro-organismes ou du matériel en contact avec ce tissu ou cette culture, provenant d’un laboratoire de biologie médicale ou vétérinaire;

[…]

  1. d) un contenant de sang ou du matériel ayant été imbibé de sang, provenant de soins médicaux, d’un laboratoire de biologie médicale ou de l’exercice de la thanatopraxie. »
  2. 583-92, a. 1.

Tous les dentistes doivent également recevoir une certification de microbiologie afin d’attester du respect des normes de stérilisation et de salubrité. Nous sommes donc dans l’obligation d’utiliser de l’eau, des produits à usage unique et certains produits chimiques afin d’assurer la sécurité de tous. D’autres parts, il est impératif de prendre des radiographies afin de poser des diagnostics complets. Comme plusieurs cliniques dentaires, nous avons choisi de nous équiper de systèmes de radiographies numériques.

Vos choix

La brosse à dents électrique rechargeable est un choix qui permet d’abord d’améliorer votre santé buccodentaire, mais aussi de diminuer la quantité de plastique mis à la poubelle. Puisqu’il est conseillé de changer sa brosse à dents à toutes les saisons ou à la suite d’un rhume ou d’une gastro, cela représente des dizaines de milliers de tonnes de déchets par an. En changeant seulement la tête rotative, on diminue d’environ 50% cette quantité. Plusieurs se tournent également vers la brosse à dents de bambou. Sans produit chimique, son manche est 100% biodégradable.

 Il est également possible de trouver de plus en plus d’alternatives naturelles et écologiques dans les boutiques spécialisées, notamment la soie dentaire et le dentifrice. Il est maintenant possible de trouver de la soie dentaire biodégradable, dans des emballages qui le sont également ou même rechargeables. D’ailleurs, l’Association dentaire américaine souligne l’importance de la fréquence de l’utilisation de la soie et non du type utilisé.

En ce qui concerne les dentifrices, nous devons être vigilants. Bien que nous sachions que les végétaux contiennent du fluor et que certains ingrédients seraient utilisés depuis plusieurs centaines d’années pour blanchir ou nettoyer les dents, l’étude de leur utilisation est encore trop récente pour connaître les impacts réels sur la santé buccodentaire. Nous trouvons facilement des recettes de dentifrices à faire soi-même, mais ceux-ci ne comporte pas d’agents éprouvés cliniquement pour faire une différence en contexte de sensibilité dentaire ou de prévention de la carie. Il est important d’émettre cet avertissement pour les dentifrices biologiques, qu’ils soient en tube, en vrac ou sous forme solide, n’impliquant aucun déchet. Nous vous invitons à apporter la liste des ingrédients de vos dentifrices naturels pour en discuter avec votre équipe dentaire en fonction de vos besoins.

Les saines habitudes de vie et la prévention en matière de santé buccodentaire et globale sont les deux éléments clés en matière de santé afin de diminuer notre empreinte écologique. Ensemble, nous pouvons faire une différence au quotidien sur notre environnement et sur notre santé personnelle.

 

Références

© 2019 Clinique dentaire LB9. Tous droits réservés.